Dans l'empire des ténèbres. Un poète dans les geôles chinoises , Liao Yiwu

Parution le 17 janvier



Le livre
Dans l'empire des ténèbres est un document exceptionnel¸ le témoignage que rapporte de l'enfer du laogai, camp de rééducation, celui que les Chinois, y compris le prix Nobel de littérature, Liu Xiaobo, considèrent comme le plus grand de leurs écrivains contemporains.

Pour avoir écrit Massacre, un long poème consacré au drame de la place Tian'anmen, Liao Yiwu a été jeté en prison en 1990 où il a passé quatre ans. Avec chaleur et humour, Liao Yiwu raconte cette expérience, dont il dit qu'elle a été son maître, qu'elle lui a appris à comprendre le vrai visage de la Chine, à côtoyer les victimes de la répression, à ressentir de l'empathie pour les marginaux - assassins ou victimes, menteurs ou idéalistes, profiteurs ou exploités. Le récit de ces quatre années dans les geôles chinoises foisonne de rencontres, de découvertes, de souffrances innommables, mais aussi de descriptions savoureuses des compagnons d'infortunes que Liao affuble de surnoms pittoresques - « Le grand oiseau », « Face d'huile », etc. - et dont il saisit aussi bien la moindre vilenie que les moments d'humanité et de bonté.

Ce livre est un véritable rescapé : Liao a été obligé de le réécrire à plusieurs reprises à cause de la détermination des policiers en charge de le surveiller : il était hors de question que ce témoignage paraisse à l'étranger. Il a été rédigé une première fois sur des bouts de papier introduits discrètement à l'intérieur de la prison par sa famille, mais en 1995, Liao Yiwu dut assister au pillage de son appartement et au vol de son manuscrit. S'étant remis au travail, il est parvenu, en trois ans, à le reconstituer, mais en 2001, son ordinateur et ses textes ont été de nouveau saisis. La version finale de 2009 est la sixième mouture. C'est pourquoi lorsque la police de Chengdu est venue lui dire qu'il retournerait en prison si ce texte était publié hors de Chine, Liao Yiwu a choisi l'exil sans retour.


L'auteur
Liao Yiwu est né en 1958 dans le Sichuan, dans l'ouest de la Chine. Son père a été condamné lors de la Révolution culturelle en 1966. Marqué par la lecture de Keats et de Baudelaire, par l'oeuvre de Ginsberg et les chants de Bob Dylan, il s'est orienté vers la littérature, devenant, dans les années 1980, l'un des plus importants poètes de l'avant-garde chinoise. Mais dès 1987, ses textes critiques de la Révolution culturelle et d'un régime qu'il décrit comme une leucémie collective lui valent d'être la cible d'une campagne politique. Condamné à quatre ans de prison pour avoir dénoncé dans un long poème les massacres de la place Tian'anmen en 1989, il a vécu après sa libération comme un marginal, poète, musicien, chanteur et écrivain. Ses livres publiés à Hongkong, à Taïwan ou aux États-Unis, circulent clandestinement en Chine. Son ouvrage le plus célèbre a été traduit en français sous le titre de L'Empire des bas-fonds (Bleu de Chine, 2003). Liao Yiwu a fui la Chine en 2011 et vit aujourd'hui en Allemagne. Il a reçu de plusieurs prix littéraires, dont le Prix Ryszard Kapuscinki, en 2011 et le Prix pour la paix des libraires allemands en 2012.


145x210 mm
660 pages
ISBN: 978-2-84941-362-3
24€

Service de presse réalisé conjointement avec Anne Vaudoyer, attachée de presse indépendante, tél : 06.63.04.00.62, avaudoyer@gmail.com