L'insatiable homme-araignée, de Pedro Juan Gutiérrez

Parution le 29 août 2012

Le livre
Pour ce roman, Gutiérrez reprend le format novateur des vignettes déjà utilisé dans la Trilogie sale de La Havane et Animal Tropical. Pouvant aussi être lus individuellement, ces textes pas toujours si brefs que cela ont en commun l'environnement cubain, les protagonistes et les thèmes fétiches de Pedro Juan Gutiérrez. Ses voyages à travers l'île, ses ébats sexuels et ses rencontres avec des personnages hauts en couleur nous offrent comme toujours des tranches piquantes de la vie cubaine. Mais, fait nouveau dans son oeuvre, une certaine angoisse existentielle se fait jour, éclipsant les thèmes de la pauvreté et de l'oppression. D' ailleurs, son appétit pour l'alcool et les femmes est moindre. Si Pedro Juan Gutiérrez évoque avec la même verve crue la beauté et l'attrait des métisses, leurs parfums corporels enivrants dans la torpeur tropicale, ses proies féminines sont désormais moins disponibles. Sa revendication d'homme libre et son refus du compromis se nuancent. Avec plus de tolérance, il accepte les réprimandes de son épouse Julia, les pénuries, les visites obligées à sa mère superstitieuse, la misère ambiante et la corruption généralisée d'un système auquel plus personne ne s'oppose. Alors, crise de la cinquantaine ? En partie seulement, car l'auteur conserve une vitalité et une soif de vivre inégalées. Ce roman en mosaïque dégage une honnêteté fraîche et une sincérité brutale
laissant penser que l'auteur, rompu à la culture de la rue, évolue vers de nouvelles aspirations et peut-être une certaine maturité, pour notre plus grand plaisir.

L’auteur
Pedro Juan Gutiérrez est né à Cuba en 1950. Parallèlement à ses études de journalisme à l'université de La Havane, il a exercé de nombreux petits jobs : marchand de glaces, coupeur de canne à sucre, dessinateur industriel, dirigeant syndical, animateur de radio, peintre, sculpteur, etc. Il doit sa renommée internationale à son inaugurale Trilogie sale de La Havane mais aussi à Animal tropical (récompensé en 2002 par le  prestigieux prix espagnol Alfonso García-Ramos), au Roi de La Havane ou encore au Nid du serpent  (récompensé par le Prix des Amériques insulaires et de la Guyane en 2008) - tous publiés chez Albin Michel. La violence, le sexe, la prostitution, la mort et Cuba imprègnent son oeuvre. Celle-ci érotique et rebelle, lui vaut souvent d’être comparé à Bukowski ou à Miller. Pedro Juan Gutiérrez vit entre La Havane et les îles Canaries. 

Le traducteur
Né en Guyane en 1964, Olivier Malthet a quitté Paris pour Madrid en 2000. Diplômé en Lettres Modernes de l’université de Jussieu, il est aujourd’hui traducteur et enseignant. Il traduit surtout de l’espagnol pour des maisons d’édition comme Hachette Littératures, Gallimard, Gründ et Michel Lafon, mais il a aussi traduit de l’anglais pour Gallimard Jeunesse et Bayard.



140x180
288 pages - 18,50 euros
ISBN: 978-23-637404-0-3