BoOks magazine lance sa maison d'édition



Prolonger la mission du magazine Books

Créé avec l’ambition d’informer le lectorat français sur ce qui se publie en dehors de nos  frontières, Books est devenu en trois ans le premier magazine français dédié à la littérature étrangère. La rédaction est rompue à l’exercice d’une veille attentive sur les nouvelles parutions dans le monde, y compris dans des contrées peu fréquentées par les éditeurs. Nous avions donc vocation à nous lancer à notre tour dans l’édition. L’initiative du projet revient à un éditeur chevronné. Jean-Jacques Augier, président de la société Books, est en effet ancien propriétaire des éditions Balland et P.O.L. et il fut
l’initiateur de la traduction française du Totem du Loup de Jiang Rong chez Bourin.
 
Books éditions prévoit de publier cinq romans en 2012 :
 
La fin des punks à Helsinki, de Jaroslav Rudiš. Sortie prévue le 2 avril 2012.
Traduit du tchèque par Caroline Vigent et Morgan Corven.
 
Ole, ancienne star du punk est-allemand, passe ses journées accoudé au bar « Helsinki » avec ses copains. La jeune Nancy, elle, déverse sa rage sur les pages de son journal et raconte le quotidien d’une ado des Sudètes dans les années 1980 : sa peur des retombées de Tchernobyl, le sentiment de liberté qu’elle trouve dans le punk,malgré la censure du régime soviétique.
Une ode mélancolique et ironique aux vieux rebelles d’Europe centrale.

Entre les arbres
, de Gyrðir Elíasson. Sortie prévue le 2 avril 2012.
Traduit de l’islandais par Róbert Guillemette.
 
Si vous vous demandiez ce qu'il était advenu d'August Strindberg après sa mort, vous trouverez la réponse dans l’une des quarante-sept saynètes qui composent ce recueil de nouvelles. On y croise Strindberg assis, seul, devant une bière à la cafétéria d'un Ikea de la banlieue de Reykjavík, au milieu des badauds venus là s'empiffrer de boulettes de viande suédoise et de confiture aux airelles. Grand Prix de Littérature du Conseil Nordique 2011.
 
La mariée était en rouge, d’Anilda Ibrahimi. Sortie prévue fin août 2012.
Traduit de l’italien par Maïra Muchnik.
 
Saba a 15 ans quand on lamarie de force à Omer, pour solder une dette de sang entre les deux familles de Kaltra, un village isolé des montagnes albanaises. Inspirée par l’histoire de ses propres ancêtres, la romancière Anilda Ibrahimi retrace dans La mariée était en rouge les destins de quatre générations de femmes en butte aux traditions ancestrales et emportées dans les remous de la grande Histoire, de la deuxième guerre mondiale à la chute du communisme.
 
La fusée de Shitamachi, d’Ikeido Jun. Sortie prévue en septembre 2012.
Traduit par Patrick Honnoré.
 
À la tête d’une petite entreprise familiale, Tokuda Kôhei a mis au point un nouveau moteur de fusée. Un jour, il reçoit une assignation pour une sombre histoire de brevets. Il est mis en cause par une grande entreprise nippone. Tokuda croit encore au capitalisme à la japonaise des années 70, quand les PME faisaient la prospérité du pays : il se lance dans la bataille face à Goliath. Sans comprendre qu’avec la mondialisation, les règles du jeu économique ont changées. Un roman sur la lutte désespérée d’une PME contre un géant de l’industrie spatiale. Prix Naoki 2011.
 
Crachant des étincelles, d’Abdo Khal. Sortie prévue en décembre 2012.
 
Lauréat du Booker prize arabe 2010, le romancier Abdo Khal, jamais traduit en français, dénonce dans son oeuvre les excès et les travers d’une société saoudienne totalement schizophrène. Crachant des étincelles décrit la débauche de luxe et de luxure derrière les murs d’un palais de Djeddah où le jeune Tareq, né dans un quartier pauvre de la ville, est réduit en esclavage par un maître homosexuel aussi riche que sadique.






 


Service de presse réalisé conjointement avec Anne Vaudoyer, attachée de presse indépendante, tél : 06.63.04.00.62, avaudoyer@gmail.com