La Voix de son maître ? France Inter et le pouvoir politique 1963-2012, d'Augustin Scalbert

En librairie le 11 janvier 2012

Nova éditions
 
Sous les lambris de la place Beauvau et de l'Elysée, derrière les vitres du studio de la matinale, cette enquête nous plonge au coeur des rapports tendus entre les ténors de la politique et la radio chérie des Français. Dix-huit mois d'investigation sur le fil, tant les responsables de France Inter et de Radio France ont fait preuve de frilosité, voire de paranoïa. Mais d'autres, une centaine de sources au total, ont accepté de se confier avec franchise.

En 2009, Nicolas Sarkozy a rétabli la tutelle directe de l'Elysée sur le service public audiovisuel, abolie il y a trente ans. Depuis, le soupçon s'installe : a-t-il fait renvoyer de France Inter les humoristes Stéphane Guillon et Didier Porte, coupables d'impertinence ? A-t-il voulu imposer un de ses conseillers, Henri Guaino, chaque semaine à l'antenne ? France Inter, la radio publique la plus populaire, cette « passion française » selon son directeur, Philippe Val, porte-t-elle la voix du pouvoir ? Ses dirigeants sont-ils « aux ordres » ? Assiste-t-on à un « retour à l'ORTF », à cette époque où France Inter était « la voix de la France » ?

Augustin Scalbert, 36 ans, est journaliste à Rue89.



Service de presse réalisé conjointement avec Anne Vaudoyer, attachée de presse indépendante, tél : 06.63.04.00.62, avaudoyer@gmail.com